LA POSE DE L'ANNEAU

Mardi 6 Octobre, entrée à la Clinique
Je décide de n'avoir aucun regret : je déjeune au Mac Do, au point où j'en suis, avec menu XL + nuggets.
Entrée à la Clinique en fin de journée.
Diner très léger, l'opération est prévue pour le lendemain.
Une petite douche à la Betadine pour me désinfecter, un léger calmant pour passer une nuit tranquille et dodo...

Mercredi 7 Octobre
6 heures du matin, réveil : nouvelle douche à la Bétadine, je passe l'atroce chemise de nuit ouverte derrière et je me recouche dans des draps propres en attendant le brancardier.
9 heures 30, je me suis rendormie mais cette fois il est temps, direction le sous sol et la salle d'opération.
10 heures 30, un peu de retard mais on ne m'a pas descendue sur un brancard mais dans mon lit bien chaud et douillet, j'attends donc en somnolant, pas du tout stressée.
10 heures 45, l'anesthésiste me propose de mettre de la musique pour que je fasse de jolis rêves, il est agréable et souriant. Il pique et zouuuu me voilà partie.
14 heures, je me réveille bien au chaud toujours dans mon lit douillet (je craignais ce réveil post anesthésie où il fait si froid...), je suis légèrement embrumée mais ras.
16 heures 30, je me réveille à nouveau, cette fois dans ma chambre. Pas le souvenir d'être remontée pourtant ! Je me sens en pleine forme, à tel point que je me lève et que je file à la salle de bain faire pipi et me passer de l'eau sur le visage. Je suis un peu gênée par la perfusion mais j'arrive à enlever leur atroce chemise de nuit pour enfiler un pyjama confortable.
Pas de diner, je dois également éviter de boire. Du coup par la perfusion on me réhydrate et on me donne des anti inflammatoires, je suis bien, dodo...  

Jeudi 8
Cette nuit, toutes les 2 ou 3 heures les infirmières ont pris ma tension, ma température et surtout se sont renseignées sur mon niveau de douleur. De 2/10 (une vieille douleur à l'épaule réveillée peut être par une mauvaise position durant l'intervention) je suis passée à 1/10.
Je n'ai aucune douleur, juste une légère gêne en haut de l'estomac, à l'endroit où est placé le boitier : en gros, juste sous mes seins, pile poil au milieu. 
J'arrive à marcher, je fais un petit tour dans le couloir, mais je suis fatiguée.
Petit déjeuner: rien, je dois être à jeun pour la radio de contrôle : je dois avaler des gorgées d'un liquide anisé pour faire ressortir son parcours sur la radio. Moi qui m'attendais à avoir du mal à déglutir, voir à vomir, rien de tout ça. Je déteste l'anis, mais je n'ai aucune nausée.
Déjeuner : un bol de bouillon. Je l'avale très doucement et dois m'y reprendre à 3 fois avant de vider mon petit bol.
J'ai l’étrange sensation d'être "pleine", donc pas trop faim.
Visite de mon chirurgien, il est ravie de me voir en si bonne forme, tout s'est bien passé, et de la nutritionniste pleine de bons conseils...
Dîner soupe mixée très fine et compote de pommes. Il me faut une bonne demi heure pour vider ma soupe sans forcer, je ne mangerai la compote que 3 heures plus tard, avant de me coucher.
On m'a enlevé la perfusion, je n'ai pas mal, je suis en forme... je dors comme un bébé.
 
Vendredi 9

Petit déjeuner : une tasse de thé au lait, je serai bien incapable d'avaler autre chose une fois ma tasse terminée.
Nouveau passage de la nutritionniste, elle m'explique qu'il faudra faire plus de repas, mais plus léger : en gros
- petit déjeuner - collation en milieu de matinée - déjeuner - goûter -dîner - éventuellement collation du soir.
L'endocrinologue et mon chirurgien font ensemble la visite, mes cicatrices ne saignent plus, je ne ressens aucune douleur, je suis en forme... autorisation de rentrer à la maison !
 Déjeuner, à 13 heures me voilà tranquille chez moi je déguste une tasse de soupe (légumes verts et Boursin, j'adore !) en lisant mes mails... il est 14h30 quand j'arrive au bout de ma tasse !
16 heures 30, je me prépare un gros bol de thé au lait, je pourrai en boire toute la journée, et par chance je ne l'aime pas sucré. Comme il faut que je m'hydrate, allons y gaiement sur le thé.
Dîner, 20 heures 30, je n'ai pas terminé mon bol, mais il est temps de dîner. Je serai bien tentée par une purée mais j'hésite encore avec une soupe, plus fluide.
Je sens que j'ai un peu faim, mon estomac gargouille, mais aucune pulsion, aucune envie irrésistible comme j'en avais il y a quelques jours encore...